Nous serons fermés du 10 au 31 août 2018. Livraison gratuite dans 16 codes postaux à Laval et Montréal - avec achat de 40$ et plus!

Mon temps

Il y a un certain temps, un peu avant que Ces petits riens viennent au monde, il y a eu beaucoup de questions sur le temps. Mon rapport au temps. Le temps et ma famille. Mon rôle de maman et le temps que je voulais lui donner. On nous dit au moins une fois par semaine: “Vous allez voir, ça passe vite, profitez-en!” Je vous jure, il n’y a pas plus dans le moment présent que moi, même si j’aime les listes, les plans, les projets, mettre dans des boîtes, avoir des plans A, B, C et D. Je suis là. Là pour voir mes deux filles grandir, les deux pieds dans leur quotidien, à la porte de l’école à 15h30, pour rêver, pour chanter, pour manger de la crème glacée.

Je vous jure, hier, Adèle venait de naître et Simone était encore un bébé. Après tout, elles ont 18 mois d’écart. Adèle était en portage dans mon dos, Simone avait sa suce et 2 doudous, une petite et une grande. J’ai cligné des yeux et Adèle avait toute qu’une personnalité. Elle était devenue une blagueuse, une poseuse de 350 questions à la minute qui t’explique comment est ton coeur dans ton corps et elle savait lire. Comme ça, sans me l’avoir dit, sans m’avoir prévenue. Simone est devenue mon artiste avec une sensibilité et une intelligence émotionnelle incroyable. Une grande lectrice à qui je lis aujourd’hui Harry Potter avant d’aller se coucher.

Ce soir, je suis devenue avec ma Simone une spécialiste du renard arctique parce qu’elle a son premier projet de recherche et qu’elle prend ça comme un projet de thèse de doctorat. Plus tard, alors qu’habituellement elles dorment à point fermé, j’ai entendu ma petite Adèle m’appeler. Je me suis couchée avec elle, je l’ai prise dans mes bras, ma main sur son coeur que je sentais battre. Elle s’est endormie en moins de deux. Mon petit bébé de grande fille qui se dit cool et pour qui less is best n’a aucun sens, a arrêté le temps pour sa maman.

 

Ce petit détour pour revenir au temps, ce cadeau du temps qu’on s’est donné, avec pas de cours les soirs de semaine, pas de cours le week-end. Juste du temps pour aller en pyjama un samedi matin acheter des croissants à la boulangerie du coin. Puis traîner jusqu’au café italien, s’asseoir sur la terrasse, et juste être. J’aime les entendre s’ennuyer le dimanche matin et puis les voir trouver un nouveau chemin vers leur imaginaire. J’aime avoir le temps de les laisser faire des muffins au chocolat un lundi soir. Ce n’est pas toujours parfait. J’ai parfois la charge mentale dans le tapis, l’impression que la vie va encore trop vite. Mais elle va moins vite, plus à notre rythme, imparfaitement parfaite pour nous.

Tranquillement, je deviens de plus en plus minimaliste. Moi et mon levain, on s’entend bien. Si vous me cherchez, je suis à la maison. Je suis en train de prendre soin de ceux qui y habite.

 


2 commentaires

  • Un texte absolument délicieux, un récit doux et fort à la fois. Magnifique!

    Sabrina
  • Et il laisse de beaux souvenirs ‘le temps’. C’était hier que je te conduisais à ta première activité de camp de jour. 3 ans 1/2 et tu prenais un bus jaune pour Ces petits matins Soleil et, au retour, tu me disais ‘Encore demain maman’. Et lors d’un séjour chez ta grand-maman, alors que tu devais y passer 5 jours (les doigts d’une main), tu me téléphonais pour me demander ’l’autre main’ … et pourquoi pas les orteils aussi! Et que dire de ce projet d’une année en Allemagne. J’ai tout fait pour que tu réalises ton rêve au détriment de biens des obstacles et de peines.
    Tu as été une petite fille pleine d’énergie et de projets. Tu as été une adolescente et une jeune adulte débordante de ressources, attachante.
    Être une maman est exigeant et tu réussis admirablement. Tu es aujourd’hui une formidable maman. Une source de bonheur, de fierté et d’amour pour TA MAMAN. Bonne route ma fille.

    Madeleine Charbonneau

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés